Dimanche, 21 Octobre 2018
  Accueil  | Contacts |  Favoris |
Dura lex sed lex
La loi est dure mais c'est la loi
             

RAPPORT ATELIER DE FORMATION

RAPPORT ATELIER DE FORMATION
Le Conseil National de la Presse (CNP) et l’Observatoire de la Liberté de la Presse, de l’éthique et de la Déontologie (OLPED), en partenariat avec l’UNESCO, ont organise du mardi 26 au mercredi 27 novembre 2013, un atelier de formation sur le thème « Appropriation des outils d’analyse de la presse en période électorale ».
Cet atelier, tenu a Abidjan a l’espace Manvy II Plateau 7eme Tranche, vise le renforcement des capacités des assistants monitoring des ces organes de régulation et d’autorégulation  en prélude aux échéances électorales de 2015.
L’atelier s’est déroulé en plusieurs étapes :
-    Une cérémonie d’ouverture
-    Les exposes des experts
-    Exercices pratiques
-    Une cérémonie de clôture
I- LA CEREMONIE D’OUVERTURE
La cérémonie d’ouverture a été marque par deux allocutions prononcée respectivement par le président du CNP, Monsieur Raphael LAPKE, et de Madame Josette BARRY, Inspectrice de la communication, représentant madame le ministre de la communication Madame Affoussiata BAMBA-LAMINE.
On retiendra de ces allocutions l’importance de cette formation en ce qu’elle permettra un contrôle et un encadrement meilleur des medias pour les prochaines  élections présidentielles prévues pour l’année 2015.
Ils ont aussi interpelles les medias en particulier les medias prives sur leurs responsabilités et ont surtout mis l’accent sur l’égalité d’accès aux medias publics et prives de tous les candidats.
II- COMMUNICATION DES EXPERTS
La Formation du mardi 26 novembre 2013 a été assure par deux experts, messieurs Alfred DAN Moussa, Directeur de l’ISTC et KAGONE Bassirou, expert burkinabé en régulation de la communication.
II-A LA PREMIER COMMUNICATION
La première communication a été donne par monsieur Dan Alfred Moussa et portait sur le thème : « Introduction aux notions de principes d’égalité d’accès, de pluralisme et d’équilibre de l’information dans les medias en période électorale »
En guise d’introduction le formateur est partie d’une citation tirée de la communication d’ouverture du président du CNP pour demander l’attention des participants. Revenant sur la communication, il a commence par définir les concepts contenus dans l’intitule du sous thème 1 : « principes  d’égalité d’accès», de « pluralisme » et « d’équilibre de l’information ».
Le Principe d’égal accès en matière de régulation sous entend l’égal accès des partis politiques aux medias publics plus clairement permettre a chaque parti politique de pouvoir s’exprimer dans les medias de service public.
Le pluralisme des medias se définit comme un système ou sont réunis différentes sensibilités éditoriales. Ici l’accent est mis sur la possibilité d’opérer un choix.
L’Equité, renvoie a la notion de justice naturelle dans l’appréciation fondée sur la reconnaissance des droits de chacun, de relever sa droiture sur la justice.
Apres cette phase de définition, le formateur a juge bon de tracer un parallèle entre la régulation et l’autorégulation.  
La régulation, d’une manière générale permet de régler, de régulariser un mouvement. Elle permet aussi le maintien de l’équilibre. Dans le cas des medias, la régulation permet de faire face aux manquements professionnels. La régulation est mise en  place par les pouvoirs publics et dirigée par les professionnels. Sa mission est de veiller aux stricts respects des dispositions réglementaires régissant le secteur des medias.
En Cote d’Ivoire la régulation est assure par deux organes ; le CNP pour la presse écrite et la HACA pour la l’audiovisuelle.
Quant a l’autorégulation, elle est née de la volonté des professionnels des medias de se donner les moyens éthiques et déontologiques d’exercer au mieux leur métier. Contrairement a la régulation, l’autorégulation est le fait des professionnels élus par leurs pairs.
L’autorégulation en Cote d’Ivoire est assurée par l’OLPED.
Pour le conférencier, le constat qui s’impose tant en Afrique qu’ailleurs dans le monde, est que les instances de régulation et d’autorégulation sont diriges par des professionnels car dira t-il  le meilleur juge des journalistes ce sont  les journalistes eux même.
Ces professionnels commis, imbus d’humilités et de conscience professionnels travaillent à professionnaliser le secteur des medias mais surtout a garantir la liberté de l’exercice de ce métier. Dans cette mission, ils sont aides par des assistants monitoring qui doivent se considérer eux même comme des journalistes.
En Cote d’Ivoire, la régulation et l’autorégulation nous invite a préparer la libéralisation de l’espace audio visuel. Il s’agit donc pour ces structures de se donner les moyens de réussir cette libéralisation pour garantir le pluralisme et l’équilibre de l’information.
Il a termine sa communication en faisant un clin d’œil a une forme de plus en plus émergeante dans le secteur : les médiateurs éditoriaux.
Les médiateurs éditoriaux sont les portes parole des organes de presse. Ils servent d’interface entre les lecteurs et l’entreprise de presse. Les médiateurs sont des journalistes  professionnels aguerris, indépendants d’esprit qui ne figurent pas dans l’organigramme des entreprises.
Des échanges qui ont suivis ont permis aux participants de partager leurs préoccupations avec et les experts et les anciens tels que monsieur Samba KONE pour plus d’éclairage.
II-B LA DEUXIEME COMMUNICATION
Elle a porte sur les « Techniques d’analyse quantitative et qualitative des medias en période électorale »
Ce sous thème a été traite par monsieur Bassirou KAGONE  qui a commence sa communication par la définition  des concepts notamment la régulation et l’autorégulation.
On retiendra a ce niveau que la régulation est devenue particulièrement en Afrique une nécessité de premier ordre et revêt un caractère encore plus délicat quant elle s’applique a la presse écrite. La régulation est de nature essentiellement nationale et reflète le niveau de liberté politique, de conscience citoyenne et d’organisation de la société civile.
Pour ce qui est de l’autorégulation, il reprend les mêmes termes que le premier intervenant pour dire que l’autorégulation est une forme de régulation effectuée par les professionnels des medias en s’appuyant sur les garde fous, des balises conçus qui tracent les limites dans le but non seulement d’éviter les dérapages ou dérives pour permettre un exercice efficace du métier en lui donnant toute sa noblesse et sa beauté.
L’analyse des contenus, quoique difficile a définir est appréhendée comme l’une des nombreuses techniques de recherche dans le domaine scientifique. Comme la plupart des méthodes d’enquête, l’analyse des contenus permet de collecter les donnes aussi bien quantitatives que qualitatives.
Un autre point qu’il a aborde dans sa communication renvoie a la problématique du pluralisme et de l’équilibre de l’information.
Trois éléments essentiels sont à retenir :
-    Les entraves dues aux statuts des organes
En Cote d’Ivoire les medias sont sous la houlette de l’état et du prive. Très souvent les medias publics se voient dans l’obligation de faire la promotion des activités institutionnelles au détriment des autres composantes de la nation. Du cote des medias privés en raison des difficultés financières ils sont plus portes vers la couverture des activités dont les initiateurs peuvent honores les factures.
-    Les entraves relatives aux lignes éditoriales
Ici, les medias ont tendance a perdre de vue l’intérêt public qui obligent les medias a assurer quelque soit sa ligne éditoriale une mission de service public.
-    Les difficultés liées à l’évaluation du pluralisme et de l’équilibre de l’information
Des organes de presse, de même périodicité qui peuvent faire l’objet de comparaison n’ont ni les mêmes surface par page ni les mêmes nombres de page. Pire, les volumes d’un même journal restent indéfinis. Donc le traitement typographique constitue une entrave dans l’évaluation du pluralisme et de l’équilibre.
De la méthodologie des collectes  des données
L’observation de la presse écrite consistera donc à la collecte quotidienne des données relative aussi bien a l’évaluation du pluralisme et l’équilibre de l’information qu’au manquement a la loi  et a la déontologie journalistique. Cette collecte sera faite à travers des fiches de remplissage qui ont fait l’objet de travaux pratiques.
Les axes d’observation varient suivant le contenu de la législation et de la réglementation en vigueur dans le pays. Dans tous les cas de figure L’observation doit répondre aux exigences liées au respect du pluralisme et de l’équilibre de l’information. Pour y parvenir, la démarche est singulière et comprend trois phases :
- le choix du corpus
- la lecture et la délimitation de l’espace rédactionnel
- l’affectation de l’espace rédactionnel aux différents acteurs
Pour mieux comprendre cette dernière partie il est bon de nous référer  aux fiches de collecte d’information remises a chaque participant et qui ont fait l’objet de travaux pratiques.
Pour clore son propos sur ce chapitre le formateur a indique la nécessité des agents de monitoring de savoir les dix principes d’un journaliste professionnel qui se présentent comme suit :
1)    Reportages impartiaux et objectifs, tu réaliseras
2)    Articles partisans et unilatéraux, tu n’écriras
3)    Neutralité, tu observeras
4)    Vie privée des personnes, tu respecteras
5)    Subordination, tu refuseras
6)    Vérité des faits, tu rétabliras à tout moment
7)    Rémunération illicite orientant le traitement de l’information, tu rejetteras
8)    Plagiat, calomnie, médisance,  achat de conscience, tu t’en garderas
9)    Agit en ton âme et conscience
10)     Que la vérité soit ton guide et ton critique, ta lumière.
III- TRAVAUX PRATIQUES
Apres la phase théorique consacrée aux communications des experts, la phase la plus attendue par les participants. Elle a été dirigée par monsieur Bassirou KAGONE et s’est déroulé autour des cas pratiques. Cinq groupes de travail ont été formes et chaque groupe devait travailler à remplir des fiches qui leur ont été remise. (Voir les fiches annexées au PV)
ELEMENTS DE REDACTION DE RAPPORT D’OBSERVATION
Un modèle de rapport a été présenté et explique aux participants  qui doivent s’en inspire pour l’observation des medias en période électorale.
Une cérémonie de clôture a mis fin à cet atelier.









 
CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE (CNP)
COCODY LES DEUX PLATEAUX 7ème tranche, angle feux tricolores.
A 50 mètres de la Direction générale des impôts

BP V 106 Abidjan - Tél : 00(225) 22 52 04 52 / Fax : 00(225) 22 52 05 04
E-mail : conseilnationaldelapresse@yahoo.fr
Site-web: www.lecnp.com - © 2007 - 2017 CNP