Samedi, 15 Décembre 2018
  Accueil  | Contacts |  Favoris |
Dura lex sed lex
La loi est dure mais c'est la loi
             

COMMUNIQUE DU CNSEIL NATIONAL DE LA PRESSE DU 03 Février 2010

COMMUNIQUE  DU CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE RELATIF A LA SUSPENSION DU QUOTIDIEN  "LE PATRIOTE"

Le Collège des Conseillers du Conseil National de la Presse, après en avoir délibéré en sa séance du lundi 1er Février 2010, a décidé de la suspension du quotidien Le Patriote, pour une durée de 03 jours.

Des faits, il ressort que  le quotidien Le Patriote a publié en Une de son édition des samedi 23 et dimanche 24 janvier 2010, le titre qui suit: « Ils sont tribalistes, ivoiritaires et xénophobes - Voici les nouveaux ennemis de la paix ». Accolées à ce titre, figurent les photographies respectives de la Député Odette LOROUGNON, de l'ancien Ministre ABOUO N'DORI Raymond, de la Ministre Christine NEBOUT ADJOBI, du Ministre Désiré TAGRO et du Député Martin SOKOURI BOHUI ;

Que dans l'article relatif à la Une incriminée, il est écrit ceci, s'agissant du Président Laurent Gbagbo et des responsables du FPI : « S'il y'a bien des personnes qui tombent sous le coup de la loi 2008-222 du 04 août 2008 portant répression du racisme, de la xénophobie, du tribalisme et des discriminations raciale et religieuse, ce sont bel et bien Laurent Gbagbo et ses camarades de la minorité présidentielle » ;

Que selon l'auteur de l'article, « les personnes susvisées se livrent à une dénonciation calomnieuse à l'encontre des hommes et les femmes du Nord d'autant que - 99% pour ne pas dire 100%- des personnes considérées comme des « étrangers » ont quasiment toutes des patronymes à consonance nordique ou des patronymes qu'on rencontre dans d'autres pays de la sous-région, surtout ceux du Nord » ;

Que toujours selon le journaliste, « ce qui est encore flagrant et qui montre que les contestations introduites par les pontes du FPI ne reposent que sur le critère tribal, c'est lorsqu'on jette un œil sur la liste des personnes dont le FPI  souhaite l'inscription sur la liste électorale, si ce ne sont pas des noms originaires de l'ouest du pays, ce sont pour la plupart des patronymes qu'on retrouve dans la partie sud de la Côte d'ivoire » ;

Que sans préjuger de la véracité ou non des informations contenues dans cet article, le CNP relève cependant qu'il contient des termes incitatifs à la révolte et susceptibles de livrer les personnes présentées comme « les nouveaux ennemis de la paix » à la vindicte populaire ;

Que par ailleurs, dans son édition du vendredi 29 janvier 2010, Le Patriote titre à sa Une : « Charles Blé Goudé - Le petit voleur qui veut être grand - De la machette au vol de la licence - Comment il a ruiné l'Ecole ivoirienne - Milliardaire sur le dos des "jeunes patriotes" » ;

Que dès les premières lignes de l'article relatif à cette une, sans qu'il soit besoin de relever les nombreuses autres avanies y contenues, l'on peut lire ceci : « Consacrer un article, donc du temps et de l'espace, à un individu comme Charles Blé Goudé - pour, de surcroît et fatalement, en étaler la laideur morale, qui est sa principale marque définitoire - est un exercice sacrement difficile, qui s'apparente rien moins qu'à de l'auto-souillure intellectuelle.

C'est comme si on vous tendait un chiffon maculé d'escriment (sic) et qu'on vous demandait de vous en enduire  (...) » ;

Que le titre de l'édition susvisée des samedi 23 et dimanche 24 janvier 2010 : « Ils sont tribalistes, ivoiritaires et xénophobes - Voici les nouveaux ennemis de la paix », accompagné de la photographie des mis en cause suffit à exposer ceux-ci au courroux et à la vindicte des personnes concernées par le sujet ;
Que le traitement ainsi fait de l'information est constitutif d'atteinte à l'éthique social, par une incitation au tribalisme, à la xénophobie et à la révolte et viole ainsi gravement l'article 9 du Code de Déontologie du Journaliste Ivoirien et l'article 69 de la loi du 14 décembre sur la presse ;
Que s'agissant du titre de l'édition du vendredi 29 janvier 2010 : « Charles Blé Goudé - Le petit voleur qui veut être grand - De la machette au vol de la licence ...», tel que libellé, il constitue déjà en soi une injure intolérable à l'endroit de Monsieur Charles Blé Goudé ;

Que l'article relatif à ce titre, en raison de son caractère particulièrement haineux et des avanies inacceptables qu'il contient, ne peut que valoir à l'organe de presse l'ayant publié, une sanction ferme ;
Qu'en raison du caractère sensible de la période actuelle de précampagne, la presse a été appelée à œuvrer à un climat social apaisé ;
Que suivant une Décision n° 001/10/CNP du 14 janvier 2010, confortant en cela les dispositions législatives et réglementaires en vigueur, le CNP a notamment interdit « tous écrits de nature à porter atteinte ... à l'honneur et à la considération des personnes ou de nature à inciter à la haine sous toutes ses formes, à la violence... » ;
Que le quotidien Le Patriote s'est vu infliger deux (02) blâmes en moins d'une semaine ;
Que les injures proférées à l'encontre d'un leader des "jeunes patriotes" Monsieur Charles Blé Goudé, par leur virulence, font peser des risques d'exacerbation d'une tension latente bien perceptible ;
Qu'en raison de la gravité des manquements relevés, le Conseil a décidé la suspension du quotidien  Le Patriote  pour une durée de trois (03) jours, conformément aux articles 47 et 70 de la loi N° 2004 -643 du 14 décembre 2004 Portant Régime Juridique de la Presse et fait défense à tout imprimeur, d'imprimer sous quelque forme que ce soit (édition spéciale ou autre) le quotidien Le Patriote pendant la durée de la mesure de suspension.

                                                          Fait à Abidjan le 03 Février 2010
                                                                      Pour le CNP

                                                                            Le Président

                                                                      Eugène DIE KACOU 

 










 
CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE (CNP)
COCODY LES DEUX PLATEAUX 7ème tranche, angle feux tricolores.
A 50 mètres de la Direction générale des impôts

BP V 106 Abidjan - Tél : 00(225) 22 52 04 52 / Fax : 00(225) 22 52 05 04
E-mail : conseilnationaldelapresse@yahoo.fr
Site-web: www.lecnp.com - © 2007 - 2017 CNP