Samedi, 15 Décembre 2018
  Accueil  | Contacts |  Favoris |
Dura lex sed lex
La loi est dure mais c'est la loi
             

DECISION N°00018 DU CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE DU 22 SEPTEMBRE 2011

DECISION N°00018 DU CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE 
               DU 22 SEPTEMBRE 2011                        

Le Collège des Membres du Conseil National de la Presse, 

Vu la Constitution ; 
Vu la Loi N° 2004-643 du 14 décembre 2004 Portant Régime Juridique de la Presse ;
Vu l'Ordonnance n°2011-007 du 14 avril 2011 portant annulation d'actes réglementaires et individuels ;
Vu le Décret N° 2006-196 du 28 juin 2006 Portant Organisation et Fonctionnement du Conseil National de la Presse ;
Vu le Code de Déontologie du journaliste ivoirien ;
Vu la décision N°12 du 18 août 2011 portant sanction applicable à l'hebdomadaire Prestige Magazine ;
Vu la décision N° 13 du 29 août 2011 portant examen du recours gracieux introduit par la société Cyclone SARL, suite à la décision N°12/CNP portant sanction applicable à l'hebdomadaire Prestige Magazine ;

Après en avoir délibéré en sa séance du Jeudi 22 septembre 2011 ;

Article 1 : Constate

1) Que dans son édition N°273 du mardi 20 au 26 septembre 2011, l'hebdomadaire Prestige Magazine affichait à sa Une : « Dossier explosif/ épisode 3/ Abdoulaye Méïté/ sa femme parle "Mon mari est infidèle et menteur «il a refusé la paternité de deux enfants » ;

2) Qu'en page 2, le sommaire de cette édition mentionnait: « Méïté sa femme l'accuse », illustré de la photographie du footballeur Abdoulaye Méïté, en compagnie d'une dame, vraisemblablement sa femme comme annoncé en première de couverture du Magazine;

3) Que paru en page 7, l'article se rapportant aux titres sus indiqués est également illustré de la photographie de monsieur Abdoulaye Méïté en compagnie de la même personne ;

4) Qu'à l'entame de l'article il est écrit ceci : « L'ex-épouse sud-américaine d'Abdoulaye Méïté est amère après que le défenseur des éléphants ait rejeté la paternité de leur enfant. Dans cet entretien, photos à l'appui, Julietta dévoile la face caché du joueur de Dijon. Chaud, chaud, chaud !» ;

5) Qu'à la lecture de l'article, le CNP a pu relever les passages suivants : « Abdoulaye Méïté a confié à Julietta qu'il avait toujours été infidèle même quand il était avec sa précédente compagne lors de ses années marseillaises. Il a avoué avoir sans cesse trompée cette dernière surtout lorsque celle-ci était enceinte de leur enfant. Abdou n'a pas caché le fait qu'il ait eu de nombreuses aventures d'un soir, mais qu'il était discret et ne laissait jamais de traces. Ce qui se révèle être faux. En aout 2010, Julietta a découvert dans le téléphone portable de son mari des photos de femmes dénudées avec qui il avait couché. Quand Julietta a demandé des comptes à Abdoulaye, il s'est emporté et lui a répliqué que s'il veut coucher avec d'autres femmes, il ferait comme il veut et que de toute façon, elle pouvait faire quoi avec son gros ventre ?» ; « En plus de son infidélité, Méïté est un gros menteur. Il a toujours menti à ses compagnes » ; « Méïté a la manie de ne pas reconnaître les grossesses qu'il enfile à ses conquêtes. Déjà père d'un garçon de cinq ans, il est aussi paternel d'une fillette de trois ans. C'est avec une employé de son ancien club de Bolton que Méïté a eu cet enfant en 2008...Mais le défenseur ivoirien a décliné la paternité de cette fille et n'a jamais assumé sa responsabilité de papa » ; « C'est la même chose qu'il fait aujourd'hui à Julietta. Méïté a abandonné sa femme et son fils qu'il refuse de reconnaître comme le sien. Et dire que le petit lui ressemble comme deux gouttes d'eau» ; « La justice va trancher et Abdoulaye sera bien obligé de reconnaître son attitude honteuse vis-à-vis de son fils. Tout le monde saura qu'il est un menteur et un irresponsable qui fuit ses responsabilités de père » ; « Abdoulaye est très mal entouré, surtout avec  son meilleur ami Youssouf Méïté. Apparemment le mariage de Julietta n'arrangeait pas ses affaires. Youssouf qui vit aux crochets d'Abdoulaye, ne passe son temps qu'à dire du mal des joueurs ivoiriens. A 31 ans il vit toujours chez ses parents à paris. Il fait l'homme important alors que c'est Abdoulaye qui le fait vivre. C'est lui qui est à la base de la rupture entre Julietta et Méïté » ;

6) Qu'en dessous de cet article, une réplique de Méïté Youssouf a été publiée ;

7) Que dans cette réplique Méité Youssouf soutient qu' « effectivement, Abdoulaye a vécu avec cette femme. Elle était enceinte lorsqu'ils étaient encore ensemble. Mais Abdoulaye s'est rendu compte après que la grossesse n'était pas de lui. Au fait elle voyait d'autres hommes» ;

Article 2 : Rappelle

1) Que l'hebdomadaire Prestige Magazine est coutumier d'écrits abjects sur la vie privée des personnes et particulièrement sur celle des célébrités;

2) Que le CNP a maintes fois  mis en garde le journal contre pareils écrits ;

3) Que ces écrits ont valu audit magazine, une suspension pour huit (8) parutions par Décision N°12  du 18 août 2011 ;

4) Que suite à un recours gracieux exercé par la société éditrice, la suspension a été ramenée à quatre (4) parutions ;

Article 3 : Considère

1) Que les aveux consignés dans cet article ne sont pas de Julietta mais seraient rapportés par Julie Rivière qui les tiendraient de Julietta ;

2) Que la une avait pourtant titré : « Dossier explosif/ épisode 3/ Abdoulaye Méïté/ sa femme parle "Mon mari est infidèle et menteur «il a refusé la paternité de deux enfants » ;

3) Qu'une telle pratique constitue un manquement professionnel;

4) Qu'en vue de donner le change quant à un éventuel équilibre de l'information, Prestige Magazine a publié à la même page, dans un encadré, un article intitulé « la réplique de Méïté » ;

5) Qu'en réalité, cette réplique n'émane aucunement du principal mis en cause, en l'occurrence monsieur Abdoulaye Méïté ;

6) Que ladite réplique est de monsieur Méïté Youssouf, ami de Monsieur Abdoulaye Méïté, évoqué incidemment dans l'article;

7) Que l'équilibre de l'information exigeait qu'il soit prioritairement et impérativement publié la version des faits de monsieur Abdoulaye Meïté ;

8) Qu'en plus de violer gravement la loi du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la presse ainsi que le code de déontologie, ces écrits, outre leur caractère injurieux, font sérieusement peser sur le footballeur international Abdoulaye Meïté des accusations d'une extrême gravité tendant à le présenter comme un père indigne et un mari infidèle;

9) Qu'il convient de rappeler que même les célébrités et autres personnes publiques ont droit au respect de leur vie privée surtout si les informations qui les concernent n'ont pas été recoupées;
10) Qu'être un Magazine culturel spécialisé dans la publication d'informations sur les célébrités et les personnes publiques n'est pas une licence à la violation de l'intégrité morale de ces personnes et aux injures ;

11) Que ces manquements relevés constituent une récidive intolérable ;

12) Qu'il est déplorable que Prestige Magazine n'ait pas tiré les conséquences de la sanction ayant visé les premier et deuxième épisodes de son dossier sur les footballeurs ;

Article 4 : Décide, en conséquence de ce qui précède

1) La suspension de l'hebdomadaire Prestige Magazine pour quatre (4) parutions, conformément aux articles 47 et 70 de la loi N° 2004-643 du 14 décembre 2004 portant Régime Juridique de la Presse ;

2) La régie Cyclone éditrice de Prestige Magazine dispose d'un délai de 30 jours à compter de la notification de la présente décision pour saisir la juridiction compétente.

Article 5 :

Il est fait défense à tout imprimeur, d'imprimer sous quelque forme que ce soit (édition spéciale ou autre) l'Hebdomadaire Prestige Magazine pendant la durée de la mesure de la suspension.

Article 6 :

La présente décision qui prend effet dès sa notification à La Régie Cyclone sera publiée au Journal Officiel de la République de Côte d'Ivoire et sur tous les supports officiels.

                                                     Fait à Abidjan, le 22 septembre 2011    
        
                                                                     Pour le CNP
                                                                     Le Président


                                                                 Eugène DIE KACOU










 
CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE (CNP)
COCODY LES DEUX PLATEAUX 7ème tranche, angle feux tricolores.
A 50 mètres de la Direction générale des impôts

BP V 106 Abidjan - Tél : 00(225) 22 52 04 52 / Fax : 00(225) 22 52 05 04
E-mail : conseilnationaldelapresse@yahoo.fr
Site-web: www.lecnp.com - © 2007 - 2017 CNP