Mardi, 23 Octobre 2018
  Accueil  | Contacts |  Favoris |
Dura lex sed lex
La loi est dure mais c'est la loi
             

DECISION N°029 DU CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE DU 07 FEVRIER 2013

DECISION N°029 DU CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE DU 07 FEVRIER 2013

Le Collège des Membres du Conseil National de la Presse,

Vu la Constitution ;
Vu la Loi N° 2004-643 du 14 décembre 2004 Portant Régime Juridique de la Presse telle que modifiée par l'ordonnance 2012-292 du 21 mars 2012;
Vu l'Ordonnance N°2011-007 du 14 avril 2011 portant annulation d'actes réglementaires et individuels ;
Vu le Décret N° 2006-196 du 28 juin 2006 Portant Organisation et Fonctionnement du Conseil National de la Presse tel que modifié par le décret N°2012-309 du 11 avril 2012;
Vu le Code de Déontologie du journaliste ivoirien ;

Après en avoir délibéré en sa session du 07 février 2013,

Article 1 : Constate
Que dans son édition n°340 du 29 janvier au 04 février 2013, l'hebdomadaire Prestige Magazine affichait à sa Une : « EMMA LOHOUES-MC SESSEGNON se battent pour Arafat/ Elles lui achètent habits et maison/ Deux footballeurs impliqués/ L'artiste sans manager/ Arafat vers sa ‘'mort'' artistique » ;
Que cette Une donne suite à une série d'articles publiés aux pages 7 et 16 ;
Que dans lesdits articles, l'auteur David KORESH s'évertuant à démontrer les frasques et l'asociabilité de l'artiste musicien HOUON Ange Didier dit DJ Arafat, fait une incursion maladroite dans la vie privée de celui-ci de même que dans celle des dames mises en cause;
Que pour en attester, le CNP a relevé les passages suivants : « Le fils de Houon Pierre dans un traquenard conjugo-sentimental qui a mis aux prises ses deux ''célébrissimes'' amantes bien connues. Nous avons nommé, Marie Claude Sessegnon et Emma Lohoues. L'histoire d'amour entre Mc Sessegnon et Arafat DJ ne date pas d'aujourd'hui. Pratiquement du même âge que Houon Ange, les deux gamins se sont entichés l'un de l'autre. C'était au temps où Arafat ''crapahutait'' en France, avant de se voir rapatrier en Côte d'Ivoire. Son amour éloigné de lui, Marie Claude rentre en liaison avec le fringuant nouveau footeux et friqué sociétaire du Mans, l'international ivoiro-béninois, Stéphane Sessegnon. Il a le cash. Mc succombe. Mais ce n'est que partie remise. Une chose est sûre, son amour pour la vie, celui pour qui elle est prête à tout, c'est Arafat, même si elle se mariera quelques années plus tard avec le joueur, et elle l'est toujours d'ailleurs. L'amour entre elle et Arafat ne s'est jamais effrité. Bien évidemment, les deux tourtereaux continuent à se voir jusqu'aujourd'hui. Bénéficiant désormais de l'embonpoint financier de son époux footballeur, Mc nous dit-on claque des millions pour son amant de disc jockey. Une source soutiendrait que la demeure dans laquelle vit le disc jockey à Angré a été achetée rubis sur ongles par MC Sessegnon, tandis que d'autres sources soutiendraient qu'elle appartiendrait toujours à MC, mais elle n'y a fait qu'héberger son amant »;
Que de mademoiselle Emma Lohoues, il a été écrit ceci, en page 16 : « Nos sources corroborent cette information, selon laquelle en Décembre, elle s'est rendue dans la ville espagnole où réside Romaric... . Mais là n'est pas la question. Pourquoi y était-elle ? Voilà l'inconnu qui nous intéresse. Objectif passer un week end en amoureux avec Romaric qui serait l'un de ses amants et surtout lui soutirer de l'argent après s'être faite larguée par un de ses amants, un homme d'affaires fortuné, qui a levé le pied vu l'engagement de la jeune fille dans sa liaison avec Arafat, pour qui elle est prête à décrocher la lune. Exemple, rester avec N'dri Romaric quelques jours, s'en mettre plein les poches, et surtout acheter des déguisements que Arafat a arboré pour son concert... .Emma Lohoues en jeans déchiré suivait de près la prestation de son amour. Pour elle, l'homme de sa vie n'a qu'un seul nom, Dj Arafat. La bataille est donc lancée, car même son de cloche chez Mc Sessegnon, qui nous dit-on, jure de finir ses vieux jours auprès de son amour nommé Ange Didier Houon »;
Que dans un article publié en page 7 sous le titre : « Comme Pharaon, Arafat vers la Mer rouge », des propos malveillants et diffamatoires sont toujours tenus à l'encontre de monsieur Houon Ange Didier;
Que dans cet article, monsieur Houon Ange Didier est présenté comme tirant sa notoriété d'un pacte scellé avec le diable, en témoigne l'extrait suivant : « Jusque-là, d'aucuns pensent qu'Arafat agissait sous le contrôle de Dieu. Mais peut être que c'est un dieu envoûteur et sacrificateur qu'il a rencontré. Cela ne souffre d'aucun doute. ... Puis son petit dieu lui demande de faire cavalier seul pour la puissance de Belzébul... Or, les ivoiriens sont fatigués de subir les frasques de sang qui aliment un certain pouvoir mystique que personne n'ose dénoncer. S'il ne provoque pas des accidents pour voir le sang des innocents coulés, il fait tabasser des disc-jockeys ou managers de bars, ou encore fait couler le sang des jeunes filles avides de sensations fortes... Du coup ses fans « envoûtés » et suiveurs invétérés adoptent ce comportement dans des foyers où les parents pratiquent le jeûne et font des retraites pour que leurs enfants quittent sous le joug du diable... C'est à de ce jour que Dieu a décidé de tout faire écrouler autour de lui... . Car il sera frappé comme pharaon devant la mer rouge... .Qu'Arafat ait le soutien des autorités... De toutes les façons, spirituellement, il est « mort » et avec lui, cette génération d'enfants ratés »;
Que toujours à la même page, dans un encadré intitulé : « Qu'en est-il de son mariage », des écrits méprisants, injurieux ont été relevés en ce qui concerne Monsieur Houon Ange Didier : « Et pour cause, l'ex enfant de la rue ne vaut aucunement par sa parole. Annoncé publiquement à un concert qu'il se marie en décembre, c'est « mettre toutes ses copines et « gnanhi » en confiance » pour mieux leur soutirer les sous. ... Or, les femmes, Arafat les a, à la pelle. A chaque nuit suffit sa compagne. Femmes mariées, fiancées, en instance de divorce, célibataires et gamines, il les « rôti » toutes à satiété, grâce à des substances peu recommandables et l'alcool aidant, avec son âge, il les « carburent » comme lorsqu'il est au volant »;
Qu'à la lumière de ce qui précède, ces écrits, s'apparentant à de la narration et non soutenus de preuves, ne visent qu'à ternir l'image et la carrière de monsieur Houon Ange Didier et à nuire à la réputation des dames susmentionnées;
Que dans cette édition, l'hebdomadaire Prestige Magazine semble vouloir s'affranchir des règles de la profession en inventant un nouveau genre journalistique, jusque là inconnu des professionnels;
Que cette attitude est d'autant plus surprenante que Prestige Magazine a régulièrement fait l'objet de rappel à l'ordre et de sanctions de second degré par le CNP ; que les différentes indexations du CNP se sont toujours attachées à rappeler que même les célébrités et les personnes publiques ont droit au respect de leur vie privée;
Que c'est avec beaucoup de surprise que le CNP a observé cette récidive dans laquelle la virulence des termes le dispute au mépris;
Que outre, Monsieur Houon Ange Didier et les dames précitées, mademoiselle Juliette Weah, journaliste à RTI 2 a également été, sous la plume de Francesca de la Fouine, l'objet de mépris, de raillerie dans un article publié en page 9 et illustré de sa photographie ;
Que dans cet article intitulé : « RTI1 Juliette Weah/ De la lumière à l'ombre », l'auteur, relatant sans fondement et sans faits, de prétendus agissements, « aux antipodes de la morale » de madame Juliette WEAH, verse dans la calomnie et l'anti confraternité;
Que l'aperçu expressif suivant en est la parfaite illustration : « Que de bosser pour se mettre à niveau, elle s'est abonnée aux couloirs des ministères. Allant de reportages en reportages, de subsides en subsides et autres avantages affairant. Le charme, l'appât du gain facile ont vite fait place au challenge professionnel. Juliette n'est plus que l'ombre d'elle-même, sa descente est programmée. A la RTI, tous sont unanimes sur un fait. La présentatrice est seule contre le monde entier. Selon elle, personne ne l'aime. Avec elle, l'atmosphère n'est jamais bonne. Nous n'en dirons pas plus pour ne pas tuer la bonne graine en gestation au niveau de la Direction de l'information sur RTI1, il fallait extirper les bonnes de l'ivraie. Juliette Weah en a fait les frais, et depuis un moment, elle est rétrogradée sur RTI2 signe d'une descente aux enfers, source de certains agissements aux antipodes de la morale »;
Qu'il revient régulièrement au CNP, que les personnes mises en cause dans ce magazine, font l'objet d'intimidation et de menace toutes les fois qu'elles ont souhaité exercer les recours légaux contre des informations erronées les concernant;

Article2 : Considérant
Que dans les articles en cause, l'hebdomadaire Prestige Magazine s'adonne à une véritable incursion dans l'intimité de la vie privée des personnes indexées ;
Que ces écrits qui ne reposent sur aucun fait visent manifestement à ternir l'image et la carrière des personnes citées et à mettre à mal, leur vie de couple pour les uns;
Que selon le Code Civil, toute personne, qu'elle soit publique ou non a droit à la protection de l'intimité de sa vise privée ; Que la jurisprudence considère comme composantes de la vie privée d'une personne, les informations sur sa santé, sa vie sentimentale, son appartenance religieuse, ses opinions politiques etc. ;
Que l'article 15 Code de déontologie, en exigeant en ces termes : « respecter la vie privée des personnes. Le droit de la personne à protéger sa réputation et son intégrité doit être respecté. Eviter de publier les informations qui violent la vie privée des personnes », le respect de la vie des personnes a entendu recommander au journaliste le respect de toutes les composantes de la vie privée ;
Que les articles de messieurs David Koresh et Francesca de la Fouine relèvent plus de la pure littérature que du journalisme ;
Que ces articles qui sont aux antipodes des fondamentaux d'un article de presse (Qui, quand, comment, où, Pourquoi), violent, au surplus, l'article 2 du Code de déontologie qui stipule que le journaliste ne devra publier que « les informations dont l'origine, la véracité et l'exactitude sont établies» ;
Que le CNP ne saurait impunément tolérer de telles dérives.

Article 3 : Décide en conséquence de ce qui précède
1) La suspension de l'hebdomadaire Prestige Magazine pour huit (8) parutions, conformément aux articles 46, 47 et 70 de la loi N° 2004-643 du 14 décembre 2004 portant Régime Juridique de la Presse.
2) Messieurs David Koresh et Francesca de la Fouine, auteurs des articles incriminés sont suspendus d'écriture pour une durée de trois (3) mois à compter de la notification de la décision.
3) La suspension de monsieur Guillaume Vergès en sa qualité de rédacteur de Prestige Magazine jusqu'à l'obtention de sa carte d'identité de journaliste professionnel.
4) Cyclone SARL société éditrice de Prestige Magazine ainsi que messieurs David Koresh et Francesca de la Fouine disposent chacun en ce qui le concerne, d'un délai de trente (30) jours pour saisir la Juridiction Administrative compétente.

Article 4 :
Il est fait défense à tout imprimeur, d'imprimer sous quelque forme que ce soit (édition spéciale ou autre) l'hebdomadaire Prestige Magazine pendant la durée de la mesure de suspension.

Article 5 :
La présente décision qui prend effet dès sa notification à Cyclone Sarl ainsi qu'aux journalistes concernés sera publiée au Journal Officiel de la République de Côte d'Ivoire et sur tous les supports officiels.

Fait à Abidjan, le 07 février 2013
Pour le CNP
Le Président
Raphaël LAKPE










 
CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE (CNP)
COCODY LES DEUX PLATEAUX 7ème tranche, angle feux tricolores.
A 50 mètres de la Direction générale des impôts

BP V 106 Abidjan - Tél : 00(225) 22 52 04 52 / Fax : 00(225) 22 52 05 04
E-mail : conseilnationaldelapresse@yahoo.fr
Site-web: www.lecnp.com - © 2007 - 2017 CNP